expect

Le rythme des autres

2003 à 2007

Cirque-théâtre, 1h15

105 représentations, 23 700 spectateurs

 

De haut en bas, d’envolées lyriques en saynètes pathétiques, de trous en chausse-trappes, de culbutes en bascule, de main à main, de murmures en fanfare, six “faiseurs de progrès” gesticulent, s’agitent pour faire bonne figure.

 

Interprètes appliqués d’une improbable harmonie, prêts à tout pour conserver leur place, ils cherchent l’accord. Quand enfin la mécanique se grippe, les dissonances sortent de leur réserve ; un gouffre qui pousse au vertige des cœurs et redonne du corps à l’être.

Expect ! , fable acrobatique et burlesque, évoque ces moments d’indécision, d’hésitation que nous connaissons tous, emballés par le rythme des autres. On y voit des rencontres, des gens s’amuser et d’autres batailler ; et puis des périscopes, des trucs et des bulles, des amours chastes et des amitiés qui se construisent ; des tarzans modernes aux prises avec la jungle de fer qu’ils ont créée ; une communauté d’individus piégés par l’image qu’ils donnent d’eux… jusqu’à ce qu’un cœur vacille et chute.

Le spectacle est une évocation burlesque des mécanismes physiques et mentaux d‘individus contemporains faiseurs de Progrès. Ces artisans de l’impossible confrontent leurs intimes convictions au monde ritualisé et hiérarchisé de l’Entreprise, aux Stratèges de la Grande Mécanique. Soif des hauteurs, vertige des profondeurs, l’ascension appelle la chute…

 

Production 36 du mois / Coproductions : le Théâtre de Cachan (94) La Cellule (32).

Avec l’aide à la création : Ministère de la Culture, DMDTS, Conseil Général du Val de Marne.

Et le soutien à la résidence : la Cellule (32), La Palène (16), La Grange Dîmière – Fresnes (94), La Paperie – Jo Bithume (49) et le centre de création artistique Nil Obstrat (95).

Équipe

Emmanuel Audibert (mise en scène, blabla, bascule), Sébastien Bouhana (percussions, folie douce), Pierre-Jean Bréaud (danse, voltige), Marjorie Delle Case (chansons, bidouilles sonores), Fitou (bascule, déséquilibres), Sandra Pasini (comédie, questions, clarinette).

Et Manu Sembely, Vince Robart dans la première mouture.

 

Sylviane Manuel : Production, collaboration artistique

Victor Fernandez, Patrick Naillet : Décor et régies

Philippe Audibert : Création lumière

Emmanuel Audibert et Sébastien Bouhana : Création bande-son

Bertrand Manuel : Trappes et bidouilles robotiques

Marjorie Delle Case : Chansons

Merci à : Abdel Senhadji (Cie ici ou là / acrobatie), Michel Dallaire (Hangar des mines / clown), Zigmund Biegaj (Cirque Zofi / bascule), Nordine.


Tournée (2005-2008) sous chapiteau : Auditorium de Seynod (74) – La Paperie – Saint Barthélémy dʼAnjou (49) – LʼAvant-Scène, scène conventionnée de Cognac (16) – Festival off dʼAurillac (15)- Quelques p’Arts…le temps fort (07) – Village de cirque- Coopérative de rue et de cirque (75) – La Palène à Rouillac (16), Champ des Toile à Saint Cyr (86) – Festival Nuits d’Eole (57) – EFIDIS & Service Culturel Villepinte (93) – Festival off Chalon dans la rue (71) – Service Culturel Marcoussis (91) – Théâtre de Bonneuil sur marne (94) – IDDAC Centre Culturel de Cestas et de Villenave d’Ornon (33) – St Lys (31) – Janvier dans les Etoiles La Seyne sur Mer (83) – Caravane de Cirque Balma (31)- Villiers-le-Bel (95) – Parade(s) (92) – Fête des Petits Pois à Clamart (92) – Festival de Digne les Bains (04) – Festival de Mende (48) – Festival de Beauvais (60) –

 

Salle : Festival Les Echappées Belles, SN Alençon (61) – Espace Culturel Nort sur Erdre (44), Théâtre Le Liburnia à Libourne (33), Centre culturel des Carmes à Langon (33) – Théâtre de Nort sur Erdre (44) – théâtre de Libourne (33) – Centre culturel de Langon (33) – Théâtre de Sallanches (74) – Centre Culturel de Pornic (44) – Centre Culturel de St Medard en Jalles (33)


 

Presse - moments choisis

| Télérama Sortir (28 septembre 2005) Cathy Blisson

 

 

Les personnages mis en piste par la compagnie 36 du mois ne sont pas des héros circassiens comme les autres, et c’est pour ça qu’on les aime. Pour leur acrobatique maladresse, leurs mimiques cartoonesques, leur mécanique gestuelle parlante sans être parlée. Autant de marques de fabrique qu’on retrouve dans « Expect ! (…). Trois types roulant des mécaniques en chemise et bleu de travail, deux p’tites pépées respectivement romantique et rock’n’roll, un syndicaliste surmené, qui se narguent et se dragouillent en surgissant de trappes creusées dans la scène. Et la pièce se regarde comme un ballet animé.

 

 

 

| L’Oise Hebdo (mercredi 20 octobre 2004)

 

Un spectacle burlesque, satyrique et virtuose

 

La troupe de cirque 36 du mois en représentation

 

Une diva en robe rouge, un ahuri costaud et échevelé, un dandy nerveux, un acrobate en bleu de travail, une imbécile heureuse toute de rose vêtue, un jongleur encravaté et un « Monsieur Loyal » syndicaliste vociférant, les sept membres de la troupe 36 du mois ont donné samedi 16 et dimanche 17 octobre deux représentations de leur spectacle « Expect, la gueule de l’emploi » sous leur chapiteau monté sur le stade de Sainte-Geneviève.

 

Être faussement maladroit, tout un art

 

Plus qu’une représentation de cirque traditionnel, la prestation offerte aux quelques trois cents spectateurs rassemblés sur les deux jours s’apparente à une pièce de théâtre, cohérente bien que totalement déstructurée. En guise d’accessoires, les 36 du mois ne s’encombrent guère d’instruments compliqués : une guitare, une corde, une bascule, une échelle, un bon demi-million de quilles de jonglage, un bout de bois peint en noir, un Canard Enchaîné roulé en forme de matraque et un gros écrou. Mais, au cœur du spectacle, se tient a scène, leur scène, façonnée pour le besoin par le technicien-éclairagiste du groupe. Surélevée de plus d’un mètre, elle est percée de multiples trappes de diverses tailles et formes. Les interprètes disparaissent en un point de la scène, se glissent furtivement à l’abri des regards er réapparaissent en un autre lieu, créant un effet « magicomique » pour le plus grand ravissement des spectateurs. Réglée comme du papier à musique, la prestation mêle acrobaties virtuoses et fausses maladresses, indéniablement les plus difficiles à effectuer.

| La nouvelle république du Centre Ouest (Vienne – 11 février 2006) Alain Licoine

«Expect» : un spectacle détonnant et étonnant

Le spectacle « Expect » a été présenté en avant-première à l’école du cirque du Champ des toiles à Saint Cyr.

Au départ, c’est étrange, on est surpris par ce personnage qui accueille avec un sourire engageant les spectateurs mais qui ne parle pas. Quand tout le monde est assis, il semble attendre le silence pour commencer, il a visiblement un discours à faire mais n’y parvient pas. Il a des soucis avec la langue et avec l’expression, c’est peut-être parce qu’il a beaucoup de choses à dire et que les paroles ne viennent pas… Il disparaît ce M. Loyal, et après une atmosphère enfumée, et bizarrement malsaine, arrivent une grande dégingandée et une petite nunuche qui interprètent une chanson qui deviendra un leitmotiv. Puis les autres acteurs, comédiens, artistes de cirques à la fois acrobates, équilibristes, jongleurs, sauteurs à bascule, vont mener une histoire étrange dont on ne verra pas le baiser final, car il s’agit bien d’amour.

Dans cette représentation, il ne faut pas oublier le septième personnage qu’est le praticable qui prend vie grâce à tout ce qui se passe dessous.

« Expect » par la compagnie 36 du mois est un spectacle original qui a sa place sous le chapiteau de Saint-Cyr voué à de telles mises en scènes qu’on est peu habitué à voir. (…) Pendant toute l’heure passée en compagnie d’Emmanuel Audibert, Sébastien Bouhana, Pierre-Jean Bréaud, Marjorie Delle case, Fitou et Sandra Pasini, on gardera le sourire et on admirera tout de même les tours de force traditionnels du cirque qu’ils réalisent.

 

| Centre Presse (Vienne – 17 février 2006) Marion Valère-Loudiyi

L’échelle du succès

Les Champs des Toiles à Saint-Cyr ont accueilli une troupe de cirque en résidence la semaine dernière. Les 36 du mois ont joué « Expect » trois fois devant des chapiteaux combles.

Après cinq premières minutes un peu lentes (…) le spectacle de cirque « Expect » présenté par les 36 du mois au Champ des Toiles à Saint-Cyr, s’est poursuivi sur des chapeaux de roues avec des trésors d’ingéniosité. Le plancher de la scène, par exemple, est composé de multiples trappes de toutes tailles qui permettent un jeu infini d’astuces. Elles offrent en outre de doux moments de poésie virtuelle, comme un brillant numéro de « jonglerie » avec quilles. On retiendra aussi la jolie machine tout en bois, infernale et gigantesque, inventée par un Géo Trouvetou… juste pour alimenter une ampoule.

Une histoire

Mais « Expect », c’est aussi une histoire, même dite avec peu de mots, de personnes qui ont envie de gravir sur l’échelle sociale (comme sur l’échelle du décor, d’ailleurs). Une représentation essentiellement visuelle des envies de monter plus haut, pour obtenir plus de succès et de reconnaissance. Autour de ça, des relations d’amour se nouent, des conflits aussi. L’issue n’est jamais comme on la rêve. Mais comme tout vient à point à qui sait attendre, la morale est sauve. Cette fable est interprétée par des artistes talentueux auxquels on s’attache dans leur excès circassien par excellence.

 

 

| Le Courrier Picard (mercredi 27 octobre 2004)

« Expect », un bel exemple de nouveau cirque

Un chapiteau s’est installé, cours Druon, au début de la semaine dernière. La troupe « 36 du mois » occupant les lieux, se préparait pour son spectacle « Expect, la gueule de l’emploi ».

En partenariat avec « Sources et Vallées », elle a donné deux représentations, l’une samedi à 20h30 et l’autre dimanche à 16 heures. Le public, des enfants aux plus âgés, s’est montré au rendez-vous pour assister à ce spectacle innovant qu’on appelle le nouveau cirque.

Mélangeant théâtre, clownerie, jonglerie, acrobatie et chant, la drôle de troupe a étonné. Entre les sauts périlleux, les portées, les chutes, les jongleries et les pitreries, chaque spectateur, enfant ou adulte, a pu trouver son compte et apprécier les différents tableaux suivants ses goûts.

Sur la scène, peu d’accessoires, juste une échelle et un tapis… Tout se passe sous la scène. Par un jeu de trappes et grâce à des ruses d’acrobates (balance et trampoline), les artistes ont su innover et enchanter les spectateurs.

À la fin du spectacle, le public est reparti ravi, emportant un brin de poésie en tête.

Crédit Photos : Maurice Audibert, Manu A., Vidalie